Il y a plus de 120 ans, à Bordeaux, un juge, Fernand MARIN « se sentait l’âme intimement attristée chaque fois qu’un enfant venait mêler sa tête embroussaillée, ses yeux inquiets et chercheurs parmi les physionomies adultes et perverses des repris de justice » (1). Ce magistrat, bien avant l’heure, avait compris que l’on ne pouvait pas traiter les enfants comme des adultes, et que ceux-ci avaient besoin de protection de la part de l’ensemble de la société. À l’époque, cette idée était révolutionnaire.

Lorsqu’en 1889, Fernand MARIN créa l’Œuvre du Refuge des Enfants Abandonnés ou délaissés de la Gironde, reconnue d’utilité publique le 26 septembre 1892,  il n’imaginait sûrement pas que, plus d’un siècle plus tard, des hommes et des femmes, des salariés et bénévoles associés, travailleraient encore aujourd’hui à la protection de l’enfance.

(1) Extrait de l’ouvrage Un siècle de l’enfance inadaptée – Pierre Guillaume

De la tradition à la modernité

L’Œuvre, devenue depuis l’OREAG, Association pour l’Orientation et la Rééducation des Enfants et des Adolescents de la Gironde, accueille, éduque, instruit et soigne chaque jour plus de 1500 enfants dans le respect des valeurs fondatrices de Protection de l’Enfance. Pour l’enfant et l’adolescent en difficulté d’adaptation ou délinquant parce que délaissé, maltraité, handicapé, mal aimé, l’OREAG, Association régie par la loi de 1901, s’efforce, à travers ses 14 établissements et services, de trouver des réponses adaptées.

Un peu d’histoire

En 1954, ouverture d’un centre d’accueil et d’observation pour adolescents délinquants. L’OREAG acquiert, pour ce faire, le domaine de Macanan à Bouliac, qui deviendra l’un des quatre ITEP de l’OREAG. En 1957, création d’un foyer de semi-liberté. Pour ce faire, l’OREAG achète un immeuble entouré d’un vaste terrain de 3 600 m2, rue des Sablières à Bordeaux. En 1975, le foyer est restructuré et réimplanté en quatre lieux distincts dans Bordeaux.

En 1957, création d’un foyer de semi-liberté. Pour ce faire, l’OREAG achète un immeuble entouré d’un vaste terrain de 3 600 m², rue des Sablières à Bordeaux. En 1975, le foyer est restructuré et réimplanté en quatre lieux distincts dans Bordeaux.

En 1960, ouverture d’un centre d’orientation éducative, lieu de consultation d’enfants et d’adolescents, garçons et filles, devenu SIOE puis SIE.

En 1963, création d’un service d’observation en milieu ouvert, évoluant, en 1967, en un service d’Action Éducative en Milieu Ouvert. Ce service va au cours des années 1974 et 1975 se diversifier en quatre lieux d’implantation distincts.

En 1971, création d’un Institut Médico-Psycho-Pédagogique rue Saint-Nicolas à Bordeaux et d’un Centre de Guidance Infantile pour la prévention et le traitement des troubles de l’hygiène mentale infantile.

En 1972, reprise d’un établissement par un Congrégation religieuse qui deviendra l’Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique (ITEP) Nazareth, rue Saint-Genès à Bordeaux.

En 1985, création au sein du Service Socio-Éducatif pour Adolescents et Adolescentes d’un foyer pour filles à Pessac.

En 1986, création de l’Institut de Rééducation Psychothérapique Robert Gautier qui sera, un peu plus tard, éclaté en unités rattachées aux ITEP Nazareth et Macanan.

En 1997, ouverture de l’un des premiers Centres Éducatifs Renforcés (CER) en France.

En 2003, ouverture du premier Centre Éducatif Fermé (CEF) pour garçons.

En 2004, ouverture de deux Services d’Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD) en Gironde.

Actuellement l’OREAG compte 23 implantations comprenant établissements, services, lieux d’accueil, homes thérapeutiques, antennes, etc., où 360 professionnels prennent quotidiennement en charge plus de 1 500 enfants et adolescents en difficulté.