ZOOM SUR NOS ETABLISSEMENTS – Relevant du Ministère de la Justice

L’OREAG dispose de trois établissements relevant du Ministère de la Justice : le Centre Educatif Renforcé (CER), à Castelviel, le Centre Educatif Fermé (CEF), à Sainte Eulalie et le Service d’Investigation Educative (SIE), à Gradignan.

CER :

Les jeunes font l’objet d’un placement pénal déterminé essentiellement par une décision de contrôle judiciaire ou un jugement prononçant une condamnation assortie d’un sursis avec mise à l’épreuve.

Durant des sessions d’environ 15 semaines, une prise en charge éducative centrée sur des activités à dominante sportive, sur la responsabilité complète du quotidien, sert de support à la construction du projet individuel. Celui-ci  est construit en étroite collaboration avec les partenaires judiciaires et sociaux qui ont confié le jeune au C.E.R. la prise en charge vise essentiellement à une réinsertion du jeune par la socialisation. Il lui permet de reprendre contact avec la vie sociale par des activités diverses (sportives, préparation de chantier humanitaire, découverte de la nature, apiculture, socioesthetique…) et de s’inscrire dans un processus de resocialisation.

Les jeunes sont hébergés en chambres individuelles chacune équipées de sanitaires. Un espace de travail a été aménagé pour des ateliers de sensibilisation aux métiers de soudure/métallerie, menuiserie, maçonnerie. Des espaces verts ainsi qu’un aménagement sportif (foot, dojo, musculation), un espace culturel avec bibliothèque, vidéo et jeux de société complètent les équipements. Dans l’espace commun, on trouve toutes les pièces qui constituent habituellement une maison : cuisine, salle à manger, pièce détente…

Le Centre Educatif Renforcé est en capacité d’accueillir 7 primo délinquants « en rupture », âgés de 13 à 17 ans et originaires de toute la France. Une adhésion a minima est nécessaire pour débuter la prise en charge. Pour cela nous essayons de recevoir le jeune et sa famille avant chaque début de session avec l’éducateur fil rouge de la PJJ même si seule la décision du magistrat mandant rend le placement exécutoire.

CEF :

Le Centre Educatif Fermé (C.E.F) Robert Gautier inauguré en mars 2003 accueille 12 garçons mineurs de 13 à 16 ans délinquants multirécidivistes, placés exclusivement dans le cadre d’une décision judiciaire, soit de contrôle judiciaire, de sursis avec mise à l’épreuve, de libération conditionnelle ou de placement extérieur.


Le CEF Robert Gautier a vocation à accompagner des mineurs provenant de l’ensemble du territoire en accueil immédiat ou préparé.


Il s’oriente, dans la mesure du possible, vers un accueil à vocation régionale dans une perspective d’un accompagnement viable et cohérent. il répond aux besoins du projet individualisé du mineur tout en prenant en considération le maintien des liens familiaux et le milieu de vie.

La prise en charge éducative dans un cadre judiciaire repose sur l’aide contrainte. L’adhésion des mineurs ne constitue pas un préalable à la prise en charge. Elle doit être cependant recherchée comme un objectif dans le cadre du suivi éducatif, afin que le mineur devienne acteur de son projet personnalisé.


Nous revendiquons l’objectif selon lequel, le placement au Centre Educatif Fermé doit favoriser l’évolution du mineur, de son comportement et de son rapport aux autres.
L’action des professionnels du CEF Robert Gautier s’appuie au quotidien dans des accompagnements proposés aux jeunes accueillis sur le cahier des charges des CEF décliné en 3 phases :

  • La phase d’accueil ;
  • La phase de consolidation ;
  • La phase de sortie.


Nous poursuivons un objectif d’insertion et de prévention de la réitération des comportements délinquants. A cette fin, nous mettons en place une action éducative structurée visant l’évolution positive de la situation du mineur. Les adultes accueillants et bienveillants du CEF sont les piliers de celle-ci auprès des mineurs confiés.


La relation éducative se concrétise par un discours cohérent et se base sur l’exemple à travers les gestes et les activités du quotidien. Elle s’inscrit au cœur de l’élaboration des projets individuels.  Ainsi, même si l’accompagnement éducatif se tient dans un cadre contraint, les professionnels recherchent l’adhésion du mineur grâce à une posture empathique et distanciée. L’objectif recherché est que le mineur devienne partie prenante de son propre projet individualisé.


L’accompagnement pluridisciplinaire en vigueur a donc pour objectif de travailler sur l’évolution positive du mineur, tant sur le plan psychologique, que familial et social.
Elle est soutenue par des interventions médico-psychologiques (psychologue, infirmier, art-thérapeute, médecin généraliste).


A cela s’ajoute une pédagogie tournée vers l’intégration sociale, scolaire ou professionnelle du mineur. Celle-ci est formalisée dans le projet individualisé de chaque jeune.
Cet accompagnement du jeune associe la famille durant tout le déroulement du placement.
L’objectif du projet éducatif porté au CEF Robert Gautier est de mobiliser l’adolescent afin qu’il devienne un acteur responsable de son propre projet de vie.

SIE :

Le Service d’Investigation Éducative réalise des Mesures Judiciaires d’Investigation Educative (MJIE) qui s’inscrivent dans le dispositif de Protection de l’Enfance.


L’objectif de notre intervention est de livrer les éléments de compréhension aux magistrats qui ont ordonné les MJIE au profit de mineurs de 0 à 18 ans, susceptibles d’être en danger (article 375 du Code Civil).

Le Service d’Investigation Educative intervient donc dans un cadre judiciaire contraint pour réaliser des MJIE qui ne sont pas susceptibles d’appel. Ces MJIE ne peuvent excéder 6 mois.


C’est une démarche dynamique de recueil d’observations, d’éléments de compréhension, d’analyse partagée dans un cadre d’intervention pluridisciplinaire, puis de préconisations psycho-éducatives aux magistrats.


Cette mesure s’attache à évaluer la situation d’un mineur et à apprécier les éventuels éléments de danger au sein de son environnement familial qui entraveraient son évolution. Le cas échéant, le SIE élabore des hypothèses de réponses éducatives et de protection, qu’il remet au magistrat par le biais d’un rapport de synthèse pour lui permettre de prendre une décision.

Le SIE est habilité à recevoir 350 ordonnances (Mesures Judiciaires d’Investigation Educative) par an, ce qui représente 500 mineurs.